SONIA PLOURDE: INSPIRATIONS ET COLLECTIONS

Rencontre avec Sonia Plourde, designer de la griffe Sonia P. Énergique et chaleureuse, cette talentueuse créatrice québécoise de vêtements prêt-à-porter nous parle de son expérience au Thé à la mode en octobre dernier, de ses inspirations et de ses projets à venir.

Sonia Plourde lors du Thé à la Mode d’octobre
BHLB : Comment avez-vous vécu votre première expérience au Thé à la Mode? Une expérience à renouveler?

Sonia Plourde (SP) : Durant longtemps je n’organisais pas de défilés de mode, car je trouvais le tout très compliqué et exigeant à effectuer,  puisqu’il y a énormément d’éléments à prévoir. Donc, d’avoir une équipe pour le faire à ma place c’était idéal pour moi. Grâce à BHLB j’étais en mesure de me concentrer à choisir et préparer les ensembles que je voulais faire défiler, faire les essayages et choisir les chaussures.

La collection automne hiver que j’ai présentée à cet évènement était plutôt vieillotte avec de vieilles fleurs. Avant même de participer au Thé à la mode, celle-ci me faisait penser à une bibliothèque anglaise d’époque et je percevais une odeur de thé simplement à l’observer. En d’autres mots, le Thé à la Mode, ayant lieu à L’Auberge Saint-Antoine, était parfait pour ma collection, tout concordait exactement avec ce que j’avais imaginé.

J’ai adoré l’ambiance de l’Auberge! Nous avons été très bien accueillis et je n’ai que des éloges à faire autant au niveau de l’organisation que de l’emplacement. «Nous avons été super bien chouchoutés par tout le monde.» J’aurais souhaité renouveler cette expérience ce printemps, mais malheureusement pour moi toutes les places étaient déjà comblées.

  

Joelle et Isabelle portant les créations de Sonia P. lors du Thé à la Mode d’octobre
BHLB : D’où vous viennent vos inspirations pour la collection automne/hiver que vous avez présentée lors du Thé à la Mode?

SP : Mes inspirations me viennent généralement d’un peu partout, mais surtout des cultures que je consomme au moment où je dessine une collection. Quand je parle de culture, je veux dire plus spécifiquement les films que j’écoute, les séries-télé, la musique et les livres que je lis. En somme, tout ce qui m’entoure va me souffler une petite idée.

J’écoute beaucoup de séries ou de films d’autres époques, puisque j’adore les costumes. Le film n’a même pas besoin d’être bon, si les costumes sont beaux je vais être contente et je vais prendre le temps de l’écouter pareil! Ces années démontrent un côté très rituel et protocolaire perdu au fil des siècles. Je ne suis pas une fille de protocole, mais je trouve cela fascinant. Le puritanisme dans les manières de faire et le côté démodé de ses époques donnent un charme et au même moment démontre un côté réservé, mais romantique.

Moni portant les créations de Sonia P. lors du Thé à la Mode d’octobre.
BHLB : Qu’est-ce qui rend votre collection unique ou la dissocie de vos précédentes?

SP : À chaque collection, j’essaie de me créer un thème, elle n’a pas nécessairement de titre, mais il y a toujours une mise en scène autour de chaque collection.

J’ai fait beaucoup de costumes avant de me lancer dans le prêt-à-porter et la mode donc je suppose que mon côté jeu théâtral est resté. Je crois que c’est ce qui donne une ambiance et un ton à la collection.

De plus, dans les séances photo, avec la collaboration de ma photographe, j’essaie de raconter une histoire et de créer des scénarios ce qui donne de la couleur à mes collections. Les mannequins deviennent des personnages ce qui donne de l’ambiance aux créations. D’une collection à une autre c’est toujours différent et nouveau, donc ce n’est jamais redondant!

BHLB : Après plus de 15 ans dans le domaine de la création de vêtements, qu’est-ce qui vous pousse à continuer? D’où vient votre passion?

SP : Je me pose souvent cette question, pourquoi continuer, car c’est un milieu très difficile dû à la concurrence de niveau international. Depuis plusieurs années, les gens pensent qu’un chandail vaut 10$ ce qui devient difficile pour les créateurs québécois d’inciter les gens à acheter un produit plus cher. On pense souvent que l’argument de la qualité est le meilleur, mais il est maintenant difficile à défendre puisqu’il y a plusieurs vêtements de qualités à des prix raisonnables. Donc, il faut allez chercher les gens avec quelque chose qui va leur parler, qui va aller les chercher, quelque chose auquel ils vont s’identifier ou vouloir participer à une nouvelle aventure en portant ce vêtement.

Je continue à créer une collection saison après saison puisque c’est une passion, mais aussi par irrationalité! Certaines personnes choisissent un style de vie plus stable et d’autre comme moi vive une montagne d’émotions, mais cela fait partie du plaisir. Il y a toujours de nouveaux défis, en mode tout est toujours a recommencer à chaque saison, mais je me dis toujours; je vais être capable, je vais réussir, je vais le faire pareil même si c’est casse-cou!

BHLB : Comment vous décrivez vous en tant que designer?

SP : Je me décris comme étant authentique, je suis fidèle à moi-même. Je ne pense pas être plus visionnaire ou plus unique que les autres, nous sommes tous uniques et chaque designer ont leurs propres caractéristiques. C’est sûr qu’on essaie de suivre les tendances, de suivre la mode, mais on finit toujours par faire quelque chose que l’on aime, puisque c’est extrêmement difficile de prévoir ce que le public va aimer un an à l’avance.

BHLB : Au cours de l’année 2015, quels projets réservez vous au grand public?

SP : J’essaie toujours de faire un peu d’événementiel, mais là c’est sûr que je ne veux pas trop m’en mettre sur les épaules avec le bébé qui arrive. Celui-ci va probablement être mon plus gros projet pour l’année 2015. Il y aura certainement une collection automne/hiver que j’adorerais présenter lors d’un prochain Thé à la Mode, mais on va voir ce que le futur nous réserve.

Vous pouvez retrouver les créations de Sonia P. ici: soniap.com

Auberge Saint-Antoine

Thé à la Mode

Advertisements